COURS / CORS

  Les cours

Les cours de gascon ont lieu le lundi à 18 h 30 à Sault de Navailles. Un cours de niveau "confirmé" existe déjà. Si la demande est suffisante, il est possible de créer un niveau "débutants". Renseignements, au 06 84 22 86 58 ou courriel : contact@loscomelodians.fr

Los cors

Los cors que's debanan lo diluns a 6 òras e mieja deu ser a Saut;. Que i a dejà un cors "nivèu confirmat”. Qu'ei possible d'apitar un "nivèu començant” se i a personas interessadas.  Informacions au 06 84 22 86 58 o tanben per courriel : contact@loscomelodians.fr

IMG_00021.jpg
IMG_00051.jpg
IMG_00111.jpg
IMG_00161.jpg
IMG_00201.jpg
IMG_00231.jpg
IMG_00251.jpg
IMG_00281.jpg
IMG_00351.jpg
IMG_00401.jpg
IMG_00441.jpg

IMG_00451.jpg

Clicar sus las

fotòs tà agrandir

LOS TESTIMÒNIS

"J'aimerais savoir bien parler le gascon pour le plaisir de bavarder avec des mots et desexpressions si beaux et fins qu'ils sont difficiles à traduire en français. Surtout, il me semble normal de parler la langue du pays où je suis née et où je vis."

"Que m'agradaré de saber plan parlar lo bearnés tau plaser d'emplegar mots e expressions tan beròis e tan fins qui son de mau arrevirar en francés. Sustot que'm pareish normau de parlar la lenga deu país on soi vaduda e on demori."

Marie-Berthe

"Je viens aux cours de Gascon parce que je souhaiterais parler comme faisaient mes parents. Chez nous j'ai toujours entendu parler béarnais et notre accent je le trouvais un peu "lourd”. Ce fut pour moi une grande surprise de découvrir la musicalité des mots, la richesse du vocabulaire, les expressions savoureuses. Cette langue si belle nous devons la transmettre aux autres générations. Nous pouvons nous rappeler le dicton attribué à Henri IV : « Cela ira mal pour les Béarnais quand leurs fils parleront Français ».

"Que vieni aus cors de Gascon pr'amor qu'èi hami de poder batalar com ac hasèn los mens parents. Quan èri mainada, per noste, que devisavan en bearnés mes aqueth parlar que'u trobavi drin pesuc. Alavetz qu'estó tà jo ua grana suspresa de descobrir la musica deus mots, la riquessa deu vocabulari, las expressions saborosas. Aquera lenga tan bèra que la cau transméter a las autas generacions. Que’ns podem brembar l’arreproèr atribuit a Enric lo Quatau : "Qu'anarà mau taus bearnés quan los hilhs e parlin francés ". "

Annie

"Depuis que je suis née j'ai toujours vécu avec des personnes qui s'exprimaient en béarnais. Dès ma petite enfance mon grand père ne me parlait que dans cette langue. Dans ma tête d'enfant je me disais: "PEPE, tu ne connais pas le français ?". J'étais émerveillée par sa langue et c'est pour cette continuité que je viens aux cours. Ainsi j'essaie de combler mes lacunes et à force je saurai lire, écrire et parler plus correctement. Quel paisir d'employer notre langue maternelle ! "

"Desempuish qui soi vaduda qu'èi tostemps viscut dab personas qui parlavan bearnés. De tota petita enlà PEPE que'm devisava sonque dens aquesta lenga. E dens lo men cap de mainadeta que'm disi: « De segur PEPE ne coneish pas lo francés ! » Lo son parlar que m'encantava e pr'amor d'aquò que segueishi los cors. Atau çò qui'm manca qu'ac vau apréner e a força que saberèi léger, escríver e parlar miélher. Quin plaser de maneja la lenga mairana ! "

Evelyne

"Je n’ai jamais été bercée par notre langue. Mes parents ne parlaient pas le béarnais. Notre parler, je l’ai entendu, petite, chez mes grands-parents. Je ne comprenais pas ces mots mais qu’ils soient parlés, chantés ou chuchotés, j’ai très vite senti qu’ils étaient féériques. Plus tard j’ai commencé à apprendre le gascon au lycée mais également avec les chansons de « Los de Nadau », de « Los deu Larvath », de Marti… C’étaient des chansons militantes… Ils chantaient la vie contemporaine. Puis je découvris la richesse du gascon en lisant les contes de Blader, en cherchant les mots dans le «Palay ». Petit à petit le monde se mit à changer. On commençait à entendre, à lire notre langue un peu partout (sur les radios, dans les écoles dans les journaux…) L’affaire était de taille : il s’agissait de sauver notre culture ! J’ai donc décidé de reprendre l’apprentissage du béarnais. C’est pour parler correctement, pour écrire correctement que je suis les cours. Pour sauver notre culture, notre langue. Pour sa beauté, pour sa richesse, pour son ouverture vers l’avenir. "

"N’èi pas jamei popat la nosta lenga : los mens pairs non parlavan pas lo biarnés. Lo parlar de noste que l’èi entenut, petitona, en çò deus mens pairans. Jo, ne comprenèvi pas arren ad aqueths mots, mes qu’estossin parlats, cantats o chebitejats, que sentivi de tira qu’èran mots encantadors. Mei tard que començavi d’apréner lo gascon au licèu mes tanben dab las cantas de “ Los de Nadau ”, de “ los deu Larvath ”, de Martí… Qu’èran cantas militantas. Que cantavan la vita de uei lo dia. Tanlòra qua descobrivi la riquessa deu gascon en tot léger los contes de Bladèr, en tot cercar los mots hens lo “Palay”… Chic a chic lo monde que cambiavan. Que començavan d’enténer, de léger la nosta lenga drin pertot (sus las ràdios, dens las escòlas, suus jornaus …) l’ahar qu’èra deus màgers : sauvar la cultura nosta ! Que decidii donc de tornar apréner lo biarnés. Qu'ei tà parlar plan, tà escríver plan qui segueishi los còrs. Pr’amor de la salvaguarda de la cultura nosta, de la lenga nosta. Pr’amor de la soa riquessa, de la soa beutat, de la soa obertura de cap a l’aviéner."

Cathy

 "Pourquoi apprendre le Gascon ?

C’est en participant à la chorale que j’ai entendu parler des cours : Tiens, pourquoi pas ? Cela me permettrait de comprendre les chansons en gascon que nous apprenons et surtout… de retrouver la langue de mes grands-parents. Je l’avais encore en tête mais étais incapable de la parler… En fin de 1ère année, je pouvais écrire, lire, et me faire comprendre ! Le groupe étant très sympa, j’ai resigné pour une deuxième année pour au final arriver à lire la rubrique « parlam gascon » dans Sud-ouest, comprendre les informations diffusées sur Radio Pais. Pour l’oral, c’est mieux mais peut mieux faire !!! Si la nostalgie avait été le point de départ de ma motivation, maintenant je découvre peu à peu la culture gasconne actuelle, tant elle est variée, de qualité et créative : pièces de théâtre, revues, nouvelles, musiques et chansons... Les gens pensent qu'apprendre le gascon est une démarche passéiste : pas du tout ! "

"Préner cors de gascon, tà qué har ?

En tot participar a la corala, qu'entenoi a parlar deus cors : Tè ! perqué pas ? Ne comprení pas las cantas apresas e sustot... que tornarí trobar la lenga deus ajòus que l'aví tostemps dens l'aurelha mes que m'èra mauaisit de parlar-la. Au cap de la purmèra annada, que podí escríver, léger e hà'm compréner. Com ei hòrt agradiu d'arretrobà's tot diluns, a cada rentrada que m'i torni e adara, que poish léger lo « Parlar Gascon » dens « Sud-Oèst », escotar las informacions de « Ràdio País ». Tà parlar que va miélher mes que i a enqüèra tribalh !!! Si èra la nostalgia la mea motivacion purmèra, adara que descobreishi a plaserinas la cultura gascona de uei lo dia de tant qui ei divèrsa, de qualitat e creativa : pèças de teatre, revistas, novèlas contemporanèas, musicas e cantas... Hòrt de monde que pensan apréner lo gascon qu'ei un anar passadista : pas briga ! "

Nicole

 "Quoi de mieux que le gascon pour parler de la vie présente, passée et future des hommes. A la différence du Français qui ne connait qu'une forme officielle de parler, l'occitan garde les particularismes locaux. C'est de plus une langue de grande culture qui s'emploie sans interruption depuis le Moyen Age. Nos ancêtres parlaient gascon et portaient des patronymes et des surnoms tirés de toponymes locaux. Nous devons reconnaissance et admiration à nos ainés de nous donner ce trésor. Avec confiance, mordant, nous allons parler le gascon pour qu'il rayonne comme jamais dans les coeurs et les esprits."

"Que de miélher que lo gascon tà debàter de la vita presenta, passada e futura deus òmis. A la diferéncia deu francés qui coneish sonque ua parladura, l’occitan que guarda los particularismes locaus. De mei qu'ei ua lenga de grana cultura qui's parla shens rompedura despuish l'Edat Miejancèra. Los nostes pairs que devisavan en gascon, que portavan patronimes e chafres tirats de toponimes locaus. Aus davancèrs que devem reconeishença e admiracion de'ns hornir aqueth tesaur. Dab ahida, nhac, que vam har bronir lo gascon tà que sorelhi com jamei dens los còrs e los esperits."

Jean-Louis

"A la recherche de la "langue originelle" :

Depuis ma naissance, la "langue” a toujours était présente. Mes parents l'utilisaient naturellement au quotidien entre eux, mais aussi avec leurs proches, ainsi que tous leurs amis ou voisins. Mais quand ils s'adressaient à leurs enfants, cela se faisait toujours en français. La cinquantaine passée, j'ai éprouvé le besoin de retrouver cette "langue” si savoureuse, avec ses expressions et son humour, cette "langue” parlée par mes plus lointains ancêtres : le BEARNAIS "

"A la recèrca de la "lenga originau" :

Desempuish la mea vaduda, tostemps que i èra la "lenga”. Los pairs que l'emplegavan tot dia entre eths, mes tanben dab los de casa, atau com tots lors amics o vesins. Mes quan s'adreçavan aus mainatges qu'èra tostemps en francés. La cinquantena passada, qu'èi sentit lo besonh d'arretrobar aquera "lenga” tan shucosa, dab las soas expressions e son umor ; aqueste lenga parlada per los mei luenhs ajòus : Lo BEARNES ".

Bernard